Lettre de Poilus

Publié le par classe 3°6 collège boris vian

L'argonne, le 17 décembre 1915 entre 21h30 et 22h30

bonjour riine, je t écris cette lettre pour que tu saches que l empire ennemi ne réussira pas a m enlever la vie. Je suis blesser certes,mais la mort de mon grand frère me donne toute la rage nécessaire afin de pouvoir faire payé ces diable et mettre en perile l ennemi.

 

 

 

Ici le paysage est lunaire,il n'y a pas d arbres , d herbe , ni d autre vegetation. Le soleil de ma douce provence fait place a une pluie battante, qui ne s arrête jamais sauf quand il neige. J ai froid,seul ton visage ou ne serait ce qu'une seul poncée de toi me surchauffe et je souffre d âtre loin de toi. Dans la tranchée nos condition de vie sont misérable : nous vivons entassés les un sur les autres dans un tout petit abri n'ayant pas de couchage, je dors a même le sol ...nous cohabitons avec les rat et les pouls. Nos condition sanitaire passe au second plan, nous n'avons pas d intimité et les cabinet n'existe pas. Nous n'avons qu'un repas par jour mais ce n'est pas la faim qui me fait mal au ventre mais la boule que j ai en permanence. Cependant j ai toujours ce rêve. revenir a tes cotés et passé de longues nuit inoubliable a tes cotés. Et je reviendrais car cette distance qui nous sépare me force a ouvrir les yeux encore et a te dire que je t aime.

 

 

Il y a plus de 48 heures maintenant alors que je partais chassé de quoi me nourrir avec mon frère que le drame a eu lieu .une offensive de ces chiens d'allemands coûta la vie de mon frère en effet , il se prit un obus en plein nez j'en et encore les images . Pour une blessure a la jambe très douloureuse j'ai enfin intégrer l'hôspital ce matin après plus de 12 heures d'attente et de souffrances a l'arrières voila quoi ressemble le front .le diable en personne pourrait s'y installé .

 

 

Dans la lettre que tu m'a rédiger le faite que tu m'annonce que tu est enceinte me laisse perplexe et me motive a savoir que des mon retour je serait père et le plus heureux de tous les hommes et j'émerveillerais ma future famille .

 

 

Je te laisse , en te faisant un geste a recourir au pire des cas je t'offre la chaîne en or de ma mère que je porte depuis 25 ans affins que notre enfant hérite un objet de teneur sentimentale que j'eus porté jusqu'à se jour au revoir ma très chère je t'aime ma bien aimée

 

 

carles

 

 

 

PS : fait lire tout le contenue de chaque lettre a notre future prodige afin qu'il est des traces écrites de moi .Je t'aime

 

 

Idriss et Issam

Publié dans Lettres de Poilus

Commenter cet article