Lettre de Poilus

Publié le par classe 3°6 collège boris vian

Ma chère ginette

 

le 16 avril 1916

 

Je t'écris pour te dire que j'ai connu la mort de près cette nuit,mais maintenant tout va pour le mieux . J'ai vu toute ma vie défiler devant mes yeux . A cause d'un tir d'obus dans ma tranchée, l'alcôve ou je dormait s'est éffrondrée,deux de mes camarades sont morts dans l'écroulement.Moi,j'ai reçus une poutre sur la jambe,ma jambe s'est infectée et les docteurs ont été obligés de me couper la jambe.Maintenant je ne risque plus rien car ils m'ont transféré en dehors de la zone de combats.Je peux te dire que je suis heureux d'être partis de cet enfer avec les rats, des poux,les morpions,la boue,les maccabés,les tirs d'artillerie de toutes sortes.Même si je te l'ai dit dans mes lettres précédentes, c'est horrible ici,l'odeur de ses camarades morts depuis trois jours.Mais malgré tous ce malheur et toutes cette haine, je pense sans arrêt a toi, toi ma Ginette. Tu illumines mon coeur comme le soleil se levant sur le champs de bataille encore fumant à cause des obus de la vieille.

 

Ton Jean- Claude

 

 

Kévin et Nicolas

Publié dans Lettres de Poilus

Commenter cet article