Les figures de style

Publié le par classe 3°6 collège boris vian

I Les Figures d’analogie.

1)      La comparaison.

Le comparé (ce qui est comparé) et le comparant (ce avec quoi on le compare) sont reliés par un outil de comparaison (comme, tel que, ainsi que, être…). Le motif est le thème qui unit le comparé et le comparant.

Ex : Il était assis sur un tonneau             comme              un cavalier sur sa monture.

            Comparé                 outil de comparaison                 comparant

Le motif est la posture du personnage.

2)      La métaphore.

Le comparé et le comparant sont réunis sans outil de comparaison dans une même expression. Un motif définit leur alliance. Une métaphore filée est la reprise et l’amplification d’un motif dans un texte.

Ex : Le bateau, frêle coquille, tanguait sur la mer en furie.

       Comparé     comparant

Le motif est la fragilité.

3)      La métonymie.

La métonymie consiste au remplacement d’un mot par un autre entretenant un rapport logique avec le premier (ex : la partie pour le tout).

Ex : Boire un verre.

On ne boit pas le gobelet mais le contenu du gobelet.

II Les figures de la répétition

1)      L’accumulation

L’accumulation consiste en la juxtaposition ou la coordination de plusieurs termes de même fonction. Elle permet de créer un effet de profusion.

Ex : Sur la table se trouvaient des jambons, des pâtés, un long saucisson enroulé sur lui-même, de grosses andouillettes, du lard fumé et un énorme pot de cornichons croquants.

2)      L’anaphore

L’anaphore consiste en la répétition d’un même mot ou d’une même expression à chaque début de ver. Elle crée un effet de symétrie.

Ex :             Je suis la plaie et le couteau !

                   Je suis le soufflet et la joue !

                   Je suis les membres et la roue

Et la victime et le bourreau ! (Baudelaire)


3)      Le chiasme

Le chiasme est une structure en miroir qui consiste à la reprise d’une structure grammaticale en inversant les termes.

Ex : Ces yeux mystérieux ont d’invincibles charmes (Baudelaire)

             Nom + adjectif               adjectif + nom.

III Les figures de l’opposition

1)      L’oxymore

Un oxymore réunit deux termes contradictoires dans une même expression.

Ex : une lumière noire.

La « lumière » doit être lumineuse tandis que « noire » renvoie à une absence de lumière.

2)      L’antiphrase

L’antiphrase est l’utilisation d’un terme dans un sens contraire au sien. Cette figure de style est liée au procédé de l’ironie.

Ex : Leur profession (les courtisans) est d’être vus et revus, ils ne se couchent jamais sans s’être acquittés d’un emploi si sérieux et si utile à la république. (La Bruyère)

3)      La litote

La litote est une tournure qui consiste à dire peu pour signifier beaucoup.

Ex : « Je ne te hais point » pour dire « je t’aime ».

IV les figures d’amplification

1)      L’hyperbole

L’hyperbole est un procédé d’écriture qui consiste à exagérer une idée ou un sentiment.

Ex : Napoléon était monté à cheval. […] Vive l’empereur ! ce ne fut pas quelque chose d’humain, ce fut une magie, un simulacre de la puissance divine, ou mieux une fugitive image de ce règne si fugitif. L’homme entouré de tant d’amour, d’enthousiasme, de dévouement, de vœux, pour qui le soleil avait chassé les nuages du ciel, resta sur son cheval ; (Balzac)

2)      L’allégorie

Une allégorie est l’expression d’une idée à l’aide d’une métaphore animée.

Ex : l’allégorie de la liberté est représentée par une femme au bonnet phrygien.

3)      La personnification

La personnification consiste à accorder des caractéristiques humaines à un objet ou à un animal.

Ex : Les animaux des fables de La Fontaine sont des personnifications puisqu’ils parlent et ont adopter un système politique humain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article