Lettre de Poilus

Publié le par classe 3°6 collège boris vian

A Verdun, le 26 juillet 1917

 

Mon amour,

 

Voilà maintenant cinq jours, que je suis gravement bléssé. Je me sens faible, je n'ai plus de force. Si tu savais à quel point je souffre .

Il y a une semaine, avec les camarades, nous avons été envoyés au front à Verdun. Nous étions vingt mille et nous étions tous obligés. Pour moi ce fut un obus de trop. Après un coma de trois jours, j'appris que quinze milles de mes camardes sont morts au front, il n'en reste que cinq milles, cinq milles bléssés.

Chérie, les conditions étaient atroces, la peur nous envahissait chaque seconde, mais à présent c'est fini, c'est terminé, Anette. A cette heure ci, je suis à l'arrière dans un lit. Les médecins se prononceront demain. Pour être franc, je pense qu'à l'heure où tu liras cette lettre je ne serais plus de ce monde.

C'est pour cela que je t'écris, je voulais te remercier de m'avoir fait vivre intensément chaque seconde avec toi. Dis à notre fils que son papa est mort pour la France. Je veux tellement qu'il soit fier de moi.

Encore merci à toi ma chérie, c'est grâce à toi, que j'ai tenu jusqu'ici.

Dis à Pierre que je serais toujours avec lui quoi qu'il arrive.

Adieu ma chérie, adieu ma bien aimée.

Nous nous retrouverons un jour, je te le promets.

 

Tendrement, Barnabé.

 

Gabella Fanny <3 Psk i lùve U

Freydier alexia <3 l0vi0ouw'

Publié dans Lettres de Poilus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oceane 08/04/2008 12:41

o top la lettre mes cheri jvou oubli po mm si on ne se voi plu bocou gro gro bisou oceane et encore bravo pr cette letre c la meilleur loul!!!!!!!!!